LA VOYANCE AU SERVICE DE L’HOMME

« Nous vivons une époque où les progrès techniques ont été, dans tous les domaines, spectaculaires. Et, pourtant, on ne nie plus que les hommes politiques, les dirigeants, les chefs d’entreprise font couramment appel à la voyance ».

Vers l’âge de vingt d’ans, Esméralda Bernard a compris qu’elle possédait le don de la voyance. Don qui lui confirme chaque jour qu’il existe « autre chose » se situant au-delà de nos perceptions habituelles. Reconnue pour son sérieux et régulièrement interrogée par les médias, elle offre aujourd’hui un livre dans lequel elle raconte ses expériences jusqu’aux plus stupéfiantes. Dans ce livre, truffé de témoignages, elle nous invite dans l’intimité de son cabinet de consultation ? Un itinéraire singulier issu de quinze années de voyages dans le passé et l’avenir.

Rencontre avec l’auteur.

Les supports de divination.

Il existe plusieurs techniques de divination. Personnellement, j’utilise le tarot comme support. C’est un outil merveilleux qui permet, par l’interprétation de ses symboles, de révéler le climat vers lequel vous vous dirigez. Il est le miroir du passé, du présent et de l’avenir. Il prévient des obstacles, des opportunités, annonce les grands tournants de votre vie. Si certains événements sont incontournables, d’autres, en revanche, seront décidés par vous. Vous avez le libre arbitre face aux chemins qui se présentent. C’est vous, et vous seul qui choisissez votre route. Je suis comme les phares d’une voiture qui éclairent, vous préviennent, mais au volant c’est toujours vous qui déciderez de la direction à suivre. J’ai également des flashes de voyance. Je ne les contrôle pas toujours, ils viennent spontanément. Parfois ; ce sont comme des « images » de votre vie, des « situations » que je capte. Ces clichés sont intemporels, ils appartiennent au passé, au présent et au futur. Je l’ignore même quelquefois. Ces flashes peuvent aussi être symboliques, il faut alors les décoder. Lorsque la voyance se produit, c’est une sensation, un état, une intuition.

Que peut-on attendre d’une consultation ?

Une consultation n’est pas un passe-temps, ni une attraction de foire. Au contraire, une consultation correcte exige un minimum de temps et de bonnes conditions. Ce n’est pas non plus un système presse-bouton qui fonctionne sur commande. C’est pourquoi au début d’une séance, je vous parle d’événements de votre passé et de votre présent. C’est une sorte de « test ». En cas d’insuccès, il est préférable de ne pas poursuivre. Vous attendez de ma part une aide pour mieux gérer votre vie, j’attends de vous une collaboration. Car une consultation est un échange, une communion. Consulter, c’est comprendre ce qui vous arrive et savoir ce qui vous attend. Préparé, averti, vous serez plus fort pour y faire face. Mon rôle est de vous guider ; comme une boussole vous indique la direction. La voyance doit vous donner les clés qui vous aideront à faire les bons choix au bon moment. La voyance offre des possibilités fantastiques à celui qui sait l’apprécier et l’utiliser.

Extraits.

Qui consulte ? Pourquoi ? Quand ?

Aujourd’hui, on ne se cache plus. On consulte « au grand jour » : hommes, femmes, de tous les âges et de toutes les catégories sociales. En France, un sondage Sofres publié dans l’Express montre que 46% des personnes ayant suivi un enseignement supérieur scientifique, et 54% de celles qui ont fait des études littéraires supérieures admettent l’existence des phénomènes paranormaux. Il faudrait donc arrêter de croire qu’il n’y a que les faibles, les naïfs ou les incultes qui ont recours à la voyance. Il y a quinze ans, ma clientèle était surtout composée de femmes. Aujourd’hui, elle tend à s’équilibrer, je reçois soixante pour cent de femmes et… forcément quarante pour cent d’hommes. Je consulte avec plaisir que les hommes ne logent plus les murs avant de sonner à ma porte. Clientèle de cadres, d’indépendants, évolution de carrière, signature de contrat, investissement immobilier, Chefs d’entreprise ? Une extraordinaire variété de consultants m’interrogent sur un éventail de questions (en jeu politique, vie professionnelle, relations amoureuses…) Depuis deux ou trois ans, je reçois régulièrement des hommes d’affaires. S’ils reviennent, j’en déduis que mes voyances apportent des informations utiles et complémentaires à leur raisonnement. »

La publicité.

Plus le tapage publicitaire est grand, plus vous devez vous méfier. Les publicités du style «Les plus Grands la consultent, pourquoi pas vous ? », ou encore, « Consulté par toutes les stars et par la presse », prouvent que ceux qui paient les publicités manquent de clients ou que ceux qui les consultent ne reviennent pas. Attention ! La dimension de l’étiquette est proportionnelle au danger. (…)Quand on lit que la deuxième Sainte Rita est à votre service vingt-quatre heures sur vingt-quatre, il y a de quoi sourire ! Ou que Madame Miracle peut changer votre vie ! Chouette alors…Notez, la publicité n’est pas toujours un facteur négatif. Méfiez-vous simplement de ceux qui inondent les journaux chaque semaine de promesses mirifiques. Un praticien qui débute doit se faire connaître, c’est un fait. L’annonce restera sobre et ne promettra ni travaux occulte ni assurance fallacieuses. Un professionnel sérieux n’éprouve pas le besoin de faire du tapage. Il a une clientèle régulière à satisfaire. Sa renommée se fait automatiquement. Naturellement, par la bouche à oreille. C’est le meilleur gage de garantie. »

Le Loto.

« Les chiffres du loto… ça rapporte ! Cet argent qui tombent tout seul du ciel ! (…) Réfléchissons une seconde. Si mes « confrères » (si j’ose dire) connaissaient les numéros gagnants du lot, pourquoi n’y joueraient-ils pas. Moi, si je connaissais la combinaison gagnante du loto du week-end prochain, et bien…je la garderais précieusement et je la jouerais. Je serais sous les palmiers aux Seychelles ! »

Voyance par Téléphone.

« (…) Le contact humain est irremplaçable. Une consultation doit être une rencontre riche, intime. Ceci dit, cela ne veut pas dire qu’il n’y ait pas de voyants aptes a ressentir des choses « à la voix », mais rien ne vaut le contact authentique et direct. »

Les salons de la voyance.

« (…) j’admets que ce genre de manifestations aide les débutants à se faire connaître du public. Malheureusement, les consultations données dans de telle conditions sont souvent écourtées. Il ne faut pas confondre voyance et fast-food. (…) je trouve cela pénible. Pourrait-on imaginer un festival de la cardiologie pendant lequel un cardiologue recevrait un patient différent toutes les dix minutes ? »

Michou Saerens