Les arts divinatoires : info ou intox ?

Il va de soi que si le chiffre d’affaire des praticiens des arts divinatoires est évalué chaque année à des millions, c’est que le public s’y intéresse. Mais comment distinguer le vrai du faux? Le public ne demande qu’une chose, faire la différence sur les réelles possibilités des phénomènes paranormaux. C’est là qu’intervient l’information. Il y a dans ce domaine plusieurs approches possibles. Tout nier serait faire preuve de mauvaise foi. Tant qu’a tout croire, c’est naïf et dangereux. L’objectivité doit être de mise.

L’éternel débat du « pour ou contre »

Je trouve regrettable que certaines émissions télévisées soient mal orientées. Quelquefois, on découvre sur le plateau des « représentants de l’occulte » costumés, chargés de grigris ridicules, dont les propos offrent très peu de sérieux. Leur discours navrant est peu relevé. Aussi, sur le pied de guerre dans le studio, le rationaliste de service, ironique : « Circulez- il n’y a rien à voir. Simple superstition ! » Le scientifique, représentant « LA » science ( donc la raison ) Si d’autres scientifiques ouverts aux phénomènes psi sont présents, ils ne sont pas, d’office, considérés de la même manière. Certains journalistes les présentent comme des « croyants au paranormal » !

Heureusement, il y de plus en plus d’émissions intéressantes, et des scientifiques ouverts (et courageux) qui acceptent de témoigner à visage découvert. Ils racontent les expériences qu’ils ont menées sur les phénomènes psi. Leurs témoignages apportent une meilleure information. Attestant du sérieux des études menées sur le sujet. Même les « rationalistes butés » doivent accepter l’idée que ces gens là ne sont pas des imbéciles. Pourtant, ils reconnaissent la réalité des perceptions extrasensorielles. Elles existent, même si elles sont en contradiction avec la logique actuelle.

La parapsychologie comme point de départ

Clamer que les phénomènes paranormaux n’existent pas, sous prétexte que l’on ne peut les expliquer, est faire preuve de vanité. Observer et chercher permet, au contraire, de mieux comprendre et d’aller sans cesse plus loin.

Aujourd’hui encore, la recherche en parapsychologie, bien qu’elle ait évolué, rencontre des détracteurs acharnés. Par une démarche et un vocabulaire sectaire frappant, les adversaires du paranormal consacrent leur temps à l’exorciser. Tout est bon pour critiquer et discréditer n’importe quel expérimentateur qui obtient des résultats positifs et qui va à l’encontre de la pensée rationaliste. Cette démarche s’apparente au refus de « l’étrange » Donc de l’inconnu. Le scepticisme en lui-même n’est pas un élément dérangeant. Cette tournure d’esprit est précisément propice à faire avancer la connaissance. Mais un radicalisme militant engendre un blocage absolu. Il y a scepticisme et mauvaise foi intellectuelle. Je doute que ce soit de cette manière que l’on fasse avancer le débat.

L’opposition de certains n’est, heureusement, pas l’expression d’une opinion majoritaire de la communauté scientifique. Vous trouverez sur cette page un nombre important d’informations sur la recherche scientifique en parapsychologie.

Les prédictions à la sauvette

Que pensez des prédictions de chaque début d’année ? Cela dépend par qui elles sont faites. Comment elles sont faites. La manière de les présenter. Souvent, elles me désolent. Et ne font qu’alimenter le déni de la voyance. Pour moi, l’utilité des perceptions extrasensorielles, ce n’est pas d’annoncer le quatrième divorce de Johnny mais d’aider les humains à y voir plus clair dans leur vie. Les prédictions géopolitiques, les voyances mondiales, ce n’est pas vraiment ma préoccupation. L’individu me passionne, m’interpelle. Il n’en est pas de même pour le monde politique. Alors, j’ai choisi de faire ce que j’aime. Depuis vingt ans, je vis la voyance comme un échange humain, une relation authentique avec l’autre. C’est un vrai système de communication. Une ouverture sur une autre « conscience » Une prédiction est là pour donner un avertissement. Pas pour amuser la galerie.

Le programme Stargate

Un projet réalisé par la CIA, agence des services secrets américains. Star Gate : Programme destiné à tester la capacité de clairvoyants. L’analyse du rapport de plus de vingt ans d’expériences ( des milliers de tests ) fait grand bruit et conclut que les « visions à distance » ne sont pas basées sur des croyances mais sur des critères scientifiquement acceptables! Aussi incroyable que cela puisse paraître, ce programme expérimental avec des médiums a ouvert un des chapitres les plus étranges de l’histoire de l’espionnage! Fin 1995, une partie du rapport est publié, mais les expériences militaires restent encore secrètes à ce jour. Pendant plus de vingt ans, la CIA a financé (pour environ 20 millions de dollars) des recherches avec des médiums. Ceux ci ont localisé des tunnels ennemis, découvert des sites nucléaires cachés, des missiles… Néanmoins, on en parle peu.

Faut-il participer aux émissions ?

Cette question est très épineuse. Il est toujours difficile de choisir s’il faut accepter ou non de participer à des émissions qui traitent du paranormal. Si ce n’est pas un direct (et que l’interview a été filmée avant), c’est peut être la déception de voir qu’au montage on n’a gardé que des fragments insignifiants de vos propos sans faire passer l’essentiel. Plus grave, c’est prendre le risque que vos phrases soient sorties de leurs contextes. Et de ce fait, déformées. D’un autre coté, refuser de participer c’est laisser le champ libre aux personnages farfelus, ce qui contribue à dénigrer l’image du paranormal aux yeux du grand public. Je suis donc prudente, et accepte pour certaines émissions que j’espère garantes d’éthique. C’est une belle occasion parfois d’informer le public. Tant sur la réalité et les limites de ces phénomènes, que sur les dangers qu’ils comportent. J’ai eu, jusqu’à présent, la chance d’être invitée à de nombreuses émissions radiophoniques et télévisées conduites par de vrais professionnels. Journalistes respectueux. Tant qu’aux « preuves » que l’on demande au voyant d’apporter devant la caméra, c’est extrêmement difficile à faire. Un environnement calme et rassurant est indispensable pour obtenir de bons résultats. La peur de l’échec constitue généralement un blocage. Combien de personnes perdent leurs moyens, ont des trous de mémoire pour un simple jeu télévisé ?

J’ai moi même déjà participer à des émissions. En voici un exemple.

Une question de confiance

Sans sombrer dans un positivisme aveugle, l’information a plus que jamais besoin de nuances. Plutôt que de pratiquer la désinformation, il serait bon d’éduquer. J’entends « éduquer » dans le sens large du terme. C’est à dire expliquer, informer honnêtement. Attitude plus intelligente qu’un amalgame réducteur du tout ou rien! Je reste confiante pour l’avenir. Les mentalités s’ouvrent. Non seulement un jour nous comprendrons le paranormal mais nous constaterons que nous l’avons toujours utilisé. Nous le vivons tous les jours avec le plus parfait naturel sans même nous en rendre compte.