Mon parcours

De mes débuts à aujourd'hui

Au commencement

Esméralda, est mon vrai prénom. Mes parents ont été séduits par l’héroïne de Notre-Dame de Paris. Ma grand-mère maternelle était médium, mais n’en faisait pas profession. Dans ma famille, côté maternel, le « paranormal » était normal . Il faisait partie de la vie. Petite, je baignais déjà dans l’irrationnel . Jusqu’à vingt ans pourtant, je n’ai aucune prémonition (du moins consciente), aucune manifestation « bizarre ».
A vingt ans, je travaille dans la boutique de prêt-à-porter pour dames que ma mère et moi-même avons créée. Je fais un rêve prémonitoire. Il a déclenché brutalement la naissance de perceptions extra sensorielles. Presque du jour au lendemain, je n’ai plus « fonctionné » de la même manière. J’avais ouvert , sans le vouloir , la petite porte magique d’un autre univers, aussi étrange qu’inattendu. Puisque la voyance était une faculté admise familialement, je l’ai accepté simplement. M’y ouvrant petit à petit. Cette faculté s’ imposa avec tellement de force que je ne pouvais avoir de doutes. Il est évident que si mes perceptions ne s’étaient pas confirmées, j’aurais remis en cause l’explication de mes propos et aurais envisagé d’autres hypothèses (l’imaginaire, sûrement).
Je n’explique toujours pas ses mécanismes, mais j’ai appris à mieux les gérer en multipliant les expériences. Si certaines ont été des échecs, je l’avoue, le nombre de succès est révélateur de la réalité des facultés psi. J’en ai surtout accepté les limites. Au départ, je n’avais pas l’intention de faire de la voyance mon « métier ». A vingt ans, on envisage rarement de devenir « voyante extra-lucide ».. Déjà affublée du prénom , il ne me manquait que la chouette sur l’épaule, un peu de bave de crapaud, de gros bijoux extravagants et … la boule de cristal!
Pourquoi alors avoir fait de la voyance ma profession? Je crois que je ne pouvais pas faire autrement. Ce lien tissé avec un autre mode de connaissance s’est enroulé autour de moi. Je me trouvais face à un choix: celui de l’exercer publiquement et de l’intégrer désormais dans ma vie. J’ai accepté le fait que mon cerveau n’est pas comparable à une machine. C’est clair. Net, comme quelque chose d’enraciné sur lequel je n’ai pas à me poser des questions pour obtenir des réponses rationnelles afin de savoir que je suis dans le vrai.

 

Vous voulez recevoir ponctuellement des informations sur mes activités, stages, conférences ou formations ? Laissez-moi votre adresse de courriel en remplissant le formulaire.

c8e76bb9af9056418cea0a46ff9c5fb6]